image

Page d'accueil / Coup d'oeil sur l'Île / Anne la maison aux pignons verts - Lucy Maud Montgomery - Île-du-Prince-Édouard /

Quelques faits sur Anne de la maison aux pignons verts

Un classique pour enfants de popularité mondiale

  • Le roman Anne of Green Gables a connu un succès dès sa première publication en 1908. On en a vendu dix-neuf mille exemplaires au cours des cinq premiers mois de publication.
  • Dix éditions du roman ont été imprimées lors de la première année et la traduction suédoise a été publiée dès 1909.
  • Depuis, le roman a été traduit dans plus d’une douzaine de langues.
  • On estime que plus de 50 millions d’exemplaires ont été vendus dans le monde.
  • Le terme « Anne of Green Gables » est une marque déposée appartenant à la Province de l’Île-du-Prince-Édouard et aux héritiers de Lucy Maud Montgomery. Les gens ou entreprises qui fabriquent des produits « Anne » à l’extérieur de l’Île doivent payer des droits d’auteur à la famille. Les fabricants de l’Île peuvent vendre leurs produits sans payer ces droits.
  • La pièce Anne of Green Gables-The Musical™ a été présentée pour la première fois au Centre des arts de la Confédération en 1965 dans le cadre du tout premier festival de Charlottetown. Il s’agit de la comédie musicale qui tient l’affiche depuis le plus longtemps au Canada – peut-être même au monde.
  • Environ 3,3 millions de spectateurs ont vu la comédie musicale, soit à Charlottetown ou dans d’autres villes canadiennes, à New York, à Londres ou au Japon. De 1965 à la fin de la saison de 2003, plus de 2,1 millions de personnes ont assisté à une présentation de la célèbre pièce à Charlottetown.
  • Treize actrices canadiennes ont interprété le rôle d’Anne Shirley depuis 1965.
  • Anne of Green Gables-The Musical™ est tirée du roman du même nom de L.M. Montgomery qui a été publié pour la première fois en 1908. Don Harron a écrit le scénario, et la musique de la pièce a été composée par Norman Campbell. Les paroles ont été mises au point par Elaine Campbell et Mavor Moore.
  • À l’occasion de la fête du Canada en 1999, l’Institut du Dominion et le Conseil de l’unité canadienne ont effectué deux sondages en ligne – un en anglais et l’autre en français – afin que les gens puissent soumettre le nom de leur héros canadien préféré. L.M. Montgomery, auteure du roman Anne... la maison aux pignons verts, figurait dans la liste des 20 héros les plus populaires du 20e siècle.
  • Plusieurs des romans de L.M. Montgomery ont été adaptés pour la scène, la dramatique radiophonique, le grand écran et la télévision (miniséries et films). On en trouve même un CD-ROM interactif.
  • La série télévisée Road to Avonlea, diffusée sur CBC, a tenu le record à titre de série télévisée canadienne la plus écoutée avec une moyenne de 1,97 million de téléspectateurs en 1989-1990. Le record a seulement été battu par l’émission Canadian Idol en 2003.
  • Chaque année, plus de 125 000 personnes visitent le site patrimonial Green Gables, niché dans le lieu historique national du Cavendish de Lucy Maud Montgomery.
  • En 1952, L.M. Montgomery fait son apparition au sein du programme scolaire au Japon. C’est en 1939 qu’une missionnaire du Nouveau-Brunswick, Loretta Shaw, avait donné son exemplaire d’Anne of Green Gables à son amie Hanako Muraoka en quittant le Japon. La traductrice respectée a ensuite traduit secrètement le texte en japonais sous le titre d’Akage No Anne (Anne aux cheveux roux). Lorsque la Seconde Guerre mondiale a pris fin, l’on était à la recherche d’oeuvres littéraires occidentales positives pour les écoles du Japon. C’est alors que Hanako Muraoka a présenté sa traduction du célèbre roman. Depuis ce temps, le personnage d’Anne, tout comme ses cheveux roux et sa franchise cocasse, fait partie de la culture japonaise. La bibliographie des diverses éditions publiée récemment par Yuko Izawa témoigne de la popularité continue que connaissent les oeuvres de L.M. Montgomery au Japon (voir « Credits » dans la section « Works Cited »). À présent, le Japon comporte une académie au nom d’Anne, des clubs nationaux d’admirateurs ainsi qu’une école des sciences infirmières surnommée la Green Gables School of Nursing, partenaire de celle de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. Chaque année, des milliers de touristes japonais se rendent à l’Île-du-Prince-Édouard pour visiter le pays d’Anne et découvrir la célèbre maison aux pignons verts. Lorsque la maison Green Gables est passée au feu en mai 1997, les Japonais ont agi immédiatement en envoyant des dons en argent pour réparer et restaurer la structure. En outre, de nombreuses revues japonaises consacrent des publications entières à des photos de paysages insulaires, d’oeuvres artisanales de l’Île et, bien sûr, des nombreux sites qui explorent les thèmes de L.M. Montgomery et ses oeuvres.
  • En Pologne, L.M. Montgomery est devenue une sorte d’héroïne en temps de guerre, car ses oeuvres faisaient partie du marché noir prospère de la résistance polonaise. En effet, lors de la Seconde Guerre mondiale, les soldats polonais recevaient un exemplaire d’un roman de Montgomery qu’ils pouvaient apporter au front. Dans les années 1980, The Blue Castle a fait l’objet d’une comédie musicale à Cracow. Chaque présentation de la pièce a été jouée à guichets fermés. Plus récemment, la L.M. Montgomery School a ouvert ses portes à Warsaw.
  • Les oeuvres de Montgomery ont présenté le Canada à de nombreux lecteurs. À titre d’exemple, Son Excellence Adrienne Clarkson, ancienne gouverneure générale du Canada, a immigré au Canada de la Chine lorsqu’elle était enfant. Elle s’est familiarisée avec les coutumes et la culture de son nouveau pays en lisant les romans de Montgomery. En 2000, Son Excellence est devenue la présidente d’honneur de la L.M. Montgomery Institute de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard.
  • Tous les deux ans, la L.M. Montgomery Institute organise une conférence universitaire internationale sur la vie, les oeuvres, la culture et l’influence de l’auteure. Par le passé, des gens sont venus de l’Australie, du Canada, de la Chine, de l’Angleterre, de l’Irlande, de l’Israël, de l’Écosse, de la Suède, du Japon et des États-Unis pour y assister ou y faire des présentations. Des travaux d’érudition sur L.M. Montgomery se poursuivent dans divers pays aux quatre coins du monde.
  • Le Korean Broadcasting System a récemment présenté un programme sur L.M. Montgomery et son personnage célèbre. Le réseau a décidé de publier plus d’une douzaine de romans de L.M. Montgomery, puis de diffuser cette émission pour promouvoir un concours qui offrira un voyage à l’Île-du-Prince-Édouard à 20 Coréens en mai.
  • L.M. Montgomery a vécu à l’ère de l’invention des téléphones, des Victrolas, des radios sans fil, des voitures, des avions, des tracteurs à moteur, des films muets et des films sonores. Elle a connu la Première Guerre mondiale et le début de la seconde. Ses opinions, particulièrement celles sur la culture et les femmes, ont évolué au fil du temps. De même, ses personnages féminins se sont concrétisés et varient dans certains détails – même les ambitions d’Anne et d’Emily et leur ressentiment envers le rejet habituel des femmes écrivaines diffèrent considérablement. Les cinq volumes publiés à partir des journaux intimes de l’auteure en révèlent beaucoup sur cette femme complexe.
  • Les lectrices de la revue japonaise Nikkei Woman Magazine ont récemment opté pour le roman Anne... la maison aux pignons verts comme leur premier choix dans la catégorie Mon livre préféré.